BD dans Het Belang van Limburg

Le club pour couples de Truien rouvre ses portes : "Pour une fellation, il faut enlever le masque buccal".

"Nous nous en tenons aux règles." Selon le règlement, cela signifie comme dans un pub : par groupes de quatre à une table. " Et par bulle de quatre dans une pièce", ça sonne au Truiense Bornedries, l'un des deux seuls clubs de couples en Flandre qui a rouvert après huit mois de fermeture.

Une piscine extérieure avec un cygne gonflable. Chaises longues blanches disposées par groupes de quatre autour des tables. À l'arrière : une plage de sable aménagée avec quelque 25 chaises longues. Sans les gens, le Cap d'Agde@BD ressemble à un club de plage ordinaire. Notre reporter a été autorisé à jeter un coup d'œil après la réouverture, alors qu'il y avait foule. Un samedi après-midi : parking plein, et environ soixante-dix clients profitant du soleil autour de la piscine. Et l'un l'autre. Partout, il y a du gel pour les mains pour désinfecter. Les tables sont distantes de 1,5 mètre. Et ceux qui se lèvent le font comme dans n'importe quel restaurant, en portant un masque buccal. Masque de bouche, et pour le reste : nu. Parce que les vêtements ne sont pas autorisés dans le bar de la plage du club des couples. Seulement des vêtements de plage, ou... rien.

"Avez-vous déjà été dans un club de couples ?" demande le propriétaire Luc Janssen (69 ans), en nous faisant visiter les lieux. "La plupart des gens qui ne le savent pas pensent qu'ils vont trouver ici une minuscule pièce remplie de corps en sueur. Tous des hommes de mon âge, avec de jeunes escortes. Cette image est totalement fausse. Ici, on rencontre tout le monde : le voisin, l'employé de banque, le notaire ou le médecin de famille. Surtout les personnes qui ont entre 30 et 50 ans.

Le gérant Luc Janssen : "Dans les discothèques, on ne peut pas arrêter la propagation, et les clubs de couples sont déjà en tête de file."

Bulle

Les bornedries, comme les cafés et les restaurants, étaient fermés depuis octobre et ont rouvert le 11 juin. "En principe, un club de couples relève des règles d'une discothèque : nous sommes aussi normalement une boîte de nuit ouverte de 20 heures à 4 heures du matin", explique Luc. "Les discothèques sont fermées depuis des mois et ne rouvriront certainement pas avant septembre. Les autorités officielles sont muettes sur les discothèques. Et pour cause : dans les discothèques, on ne peut pas arrêter la propagation, et les clubs de couples sont déjà en tête de file. La plupart des clubs échangistes sont fermés depuis mars 2020. Chaque entreprise possède un code NACE-BEL. Dès le début de la crise de Corona, nous sommes tombés sous le bon code pour être autorisés à ouvrir, tout comme les pubs et les restaurants. Plusieurs clubs ont essayé de modifier leur code. Bien entendu, cela n'a pas fonctionné. Comment se fait-il que nous ayons le bon code ? Expérience. Je suis dans le métier depuis 40 ans, je sais comment ça marche. L'été dernier, nous voulions ouvrir, mais la danse n'était pas autorisée. C'est pourquoi nous avons opté pour le concept d'un club de plage où l'on peut s'asseoir ou s'allonger, et qui ouvre à 14 heures. Ils ne sont pas autorisés à danser ici, comme dans un café. Tout le monde s'assied autour d'une table par groupes de quatre, avec un mètre et demi de distance entre eux. L'été dernier, il n'y a pas eu d'infections ici, et puis il n'y a pas eu de vaccins. Mais les règles doivent être respectées. Je ne veux pas que cet endroit devienne un foyer de contamination, sinon je devrai fermer mes portes pour les trois prochaines années. Donc : portez votre masque buccal lorsque vous vous promenez, et gardez une distance de 1,5 mètre.

Le manager Luc Janssen : "Il se passe moins de choses ici que ce que les gens pensent. Dans un résumé de 90 minutes d'un match de football, seuls les buts sont montrés. Ici aussi, les buts ne sont pas constamment marqués."

Massage

Difficile dans un club de couples, semble-t-il.
"Contrairement à ce que les gens pensent, tout le monde n'est pas allongé ici à faire l'amour par défaut", dit Luc. "Regarde juste autour de toi. Tu débarques ici à l'improviste, je n'ai prévenu personne de l'arrivée du journal et maintenant tu vois quelqu'un d'occupé ? Bien sûr, c'est ce qu'on montre toujours d'un club échangiste. Tout comme le résumé de 90 minutes d'un match de football : il ne montre que les buts. Ici aussi, il n'y a pas de notation constante. La plupart des clients apprécient un verre, la compagnie, la piscine. Quand il fait beau, ils préfèrent s'asseoir ici plutôt que de faire 200 kilomètres pour aller à la mer." Il désigne les chaises longues avec matelas sur la plage de sable. "Si vous revenez plus tard dans la soirée, il y a peut-être des couples qui font l'amour à l'arrière sur les nombreux lits."
Peu de temps après, juste devant nous, nous voyons un homme frotter de la crème solaire sur sa femme nue. Il frotte la crème de façon sensuelle sur son corps, sur ses seins. "Cet homme ne fait que masser sa femme, il n'y a rien de mal à cela", dit Janssen. "Mais tu ne peux pas faire ça dans une piscine normale : tout le monde te regarderait bizarrement. Même à la plage nudiste de Bredene, ils ne le toléreraient pas. Ici, c'est possible. C'est pourquoi ils préfèrent venir ici. Ça ne veut pas dire que tu dois faire l'amour ici. Derrière eux, il y a un couple dans le coin, ils sont déjà venus plusieurs fois ici mais n'ont aucun contact avec qui que ce soit. Il se passe beaucoup moins de choses ici que ce que les gens pensent. Sans dire que rien ne se passe. Vous pouvez aussi venir ici en couple, vous allonger nus au soleil et vous amuser sans impliquer les autres." Néanmoins, certaines des 22 chambres érotiques sont ouvertes, où les clients peuvent se retirer sans être dérangés. "Les plus petites chambres sont ouvertes : ils peuvent y entrer par bulle de quatre", dit Luc. "Et quand vous entrez et sortez : mettez un masque buccal."

À Bornedries, un couple paie 20 euros d'entrée, une femme seule 10 euros et un homme seul 90 euros. "En fin de soirée, ils paient ensuite les rafraîchissements qu'ils ont consommés : boissons et sandwichs", Luc explique. " Avant Corona, nous travaillions avec un montant fixe pour toute la soirée : 60 à 90 euros par couple, avec un grand buffet et des boissons incluses. La plupart des clubs de couples fonctionnent comme ça, mais ce n'est pas rentable."

Talons aiguilles brillants

Ensuite, il est temps d'aller parmi les clients. Les seuls à être habillés. "Seulement des interviews en lingerie", ça a l'air drôle. "J'ai convenu avec mon mari que je n'irais pas aussi loin que le journaliste danois il y a quelques semaines, Je réponds en riant.
Le ton est donné.

Un couple du Limbourg néerlandais est assis à une table, un verre de bulles à la main. Lui : 60 ans, cheveux bruns et corps bronzé. Elle : une dame soignée de 58 ans, cheveux blonds bouclés, lunettes de soleil roses et talons aiguilles brillants. Les deux sont nus. "Nous venons toujours en Belgique parce que c'est plus convivial ici", ils disent. "Il a été fermé pendant huit mois et les contacts sociaux vous manquent principalement, pas tellement le sexe", dit l'homme. "C'est comme au pub : une fois que vous rencontrez des gens sympas, d'autres choses peuvent en découler spontanément. J'ai l'habitude de faire l'amour avec un autre homme, pendant que mon mari regarde", dit la femme. "Nous avons toujours été prudents, et depuis Corona, encore plus. Néanmoins, j'ai été infecté. En décembre, nous sommes partis en vacances à Gran Canaria, où de nombreux échangistes se retrouvent. Je suis rentré chez moi avec une corona et j'ai été très malade pendant trois semaines. Entre-temps, nous avons tous deux été vaccinés : nous sommes protégés, il n'y a donc aucune raison de ne pas venir. En général, les hommes disent aussi spontanément : "J'ai été vacciné, vous ne devez donc pas avoir peur. Néanmoins, je garde mon masque buccal aussi longtemps que possible. Bien sûr, je dois l'enlever pour le sexe oral. (rires) Parce que nous avons été vaccinés maintenant, c'est justifiable. C'est différent maintenant qu'il y a un an."

UNE FEMME NEERLANDAISE (58 ans) : "J'ai été vaccinée, mais je garde mon masque buccal aussi longtemps que possible. Pour le sexe oral, bien sûr, je dois l'enlever."

Essais

Glenda (34 ans) et Kenneth (37 ans) de Tongres prennent également un verre au bord de la piscine avec des amis. Glenda est nue, Kenneth porte un maillot de bain. "Nous venons ici depuis cinq ou six ans maintenant, deux ou trois fois par semaine, ils le disent. "Vous pouvez mettre notre prénom dans le journal : nous n'en faisons pas mystère. Nous sommes même passés à la télévision avec Luc Alloo". Cependant, le directeur préférerait qu'ils ne soient pas photographiés. "Si les autres clients voient cela, cela les rebute : la confidentialité est le mot clé", dit Luc. "C'est la règle : on ne dit pas qui on rencontre ici", Kenneth dit. "Quand les gens demandent qui vient ici, je réponds toujours : venez et voyez par vous-même."

Bisexuel

Glenda et Kenneth ont manqué le club ces derniers mois. "Nous avons organisé des fêtes privées avec quelques amis, dit Glenda. "Mais toujours avec les mêmes amis, de sorte que les contacts sont restés limités. Pas seulement pour le sexe, mais plutôt pour être ensemble. Je n'ai jamais eu peur d'être moi-même infecté. Ma belle-mère l'a fait, mais elle a été rapidement vaccinée. En tant qu'échangistes, nous allons toujours chez le médecin pour un test IST tous les six mois. Nous le faisons par respect mutuel pour les autres couples. Lorsque nous sommes allés faire un test IST, nous avons également demandé à vérifier si nous avions déjà des anticorps contre le corona. Entre-temps, nous avons été vaccinés nous-mêmes pour la première fois."

GLENDA (34) : Nous avons organisé des fêtes privées avec quelques amis. Mais toujours avec les mêmes amis, de sorte que les contacts étaient limités.

Ils ont des relations sexuelles avec d'autres couples en tant que couple. "Nous allons toujours à l'arrière ensemble", dit Glenda. "Je suis bisexuelle, comme plusieurs femmes qui viennent ici. Aujourd'hui, la situation n'est plus la même qu'avant Corona, mais nous sommes heureux qu'elle soit à nouveau ouverte. Nous respectons les règles et nous nous asseyons à une table par groupes de quatre, chacun ayant la distance nécessaire : nous voulons éviter que Luc ait à se rapprocher. Et toute personne qui se sent malade reste à la maison. Nous connaissons des gens qui pensent que c'est irresponsable, mais ils rencontrent plusieurs autres couples à la maison.
En fait, c'est beaucoup plus sûr ici que dans une fête privée."

À propos de nous

Notre métier, c'est le plaisir

À Bornedries, ce ne sont pas seulement les préposés qui vous font tourner la tête, mais aussi la fantaisie des chambres et des coins érotiques.

Cherchez